mardi 5 août 2008

Let's talk about sex baby !!


Bah oui parce que c'est l'été, et que tout le monde y pense, la presse en parle... c'est vendeur. Les inrocks suivent le mouvement avec leur numéro spécial annuel, mais disons que contrairement à celui de Elle... on apprend des trucs !
  • Notamment qu'un site porno cherche à résoudre le conflit isréalo-palestinien. Il fallait y penser.
  • Que cette année, la grande mode c'est les cahiers de vacances pour adultes... vous avez dit regression ?
  • Il existe aussi un site, type supermarché, pour aider les femmes à trouver des hommes...Ca s'appelle "adopter un mec", ou comment réduire un homme à l'état de Tamagotchi.
  • La pastèque serait plus efficace que le Viagra.
  • Quentin de Alliage est maintenant acteur de porno soft (et sans partenaire). Ma naïveté d'enfant en prend un coup...
  • Les livres audio, ce n'est pas que pour les enfants. Le site Secondsexe propose une sélection de la littérature libertine... Le meilleur de L'enfer lu par Joey Starr ou Claire Chazal... ça vous tente ?
Et on voit des trucs !!! Et je ne parle pas des extraits du Big Penis Book qui raviront celles qui n'ont pas vu le loup récemment. Non je parle des portefolios de Terry Richardson, qui ne me réconcilie pas avec son oeuvre. Bah oui, moi Madame, traitez moi de prude ou de petite fille, mais c'est le travail de gens comme Tim Walker, Javier Vallhonrat ou Richard Avedon qui m'interressent. Le travail de ceux qui ont un sens de la lumière et qui ont des histoires à raconter, pas le travail de ceux pour qui la photographie n'est que l'expression de leur fantasmes ou qui ne connaissent que le porno chic parce que c'est vendeur... Je parle aussi d'une découverte, Gerald Förster dont le projet nocturnal m'a scotché. Il photographie des paysages urbains d'apparence vides, mais dans lequel il met en scène des couples. On pense à Lynch, à Gregory Crewdson, on pense à Hockney. On se dit que peut être c'est ça qu'ils auraient filmé, photographié ou peint si ils avaient voulu faire du porno... ou du moins de la photographie de sexe.


Car si les images de Förster répondent à la définition « représentation complaisante de sujets, ou de détails obscènes dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique », elles n'appartiennent pas à ce que l'on caractérise de pornographique au quotidien, au même titre que Playboy, le film du samedi soir sur Canal + ou le X en général. Gerald Förster n'est donc pas un pornographe mais un artiste. Un artiste voyeur peut être ou qui du moins incite au voyeurisme, nous fait entrer dans un monde de trangression et nous confronte à nos taboos.




2 commentaires:

Manon a dit…

les livres audio pour adultes... la vrai histoire de Pierre et le Loup ??

lepetitmoutonaimelamode a dit…

MDR